Aplati, c’est fini

Anthony Nelzin-Santos

iOS 11 finit de clouer le cercueil du flat design. C’est un signe de maturité : après s’être affranchie des petites roues en forme de textures photo-réalistes, la plateforme d’Apple a fait sa crise d’adolescence contre-révolutionnaire, et aborde maintenant l’âge adulte. Les éléments proprement skeuomorphiques sont d’autant plus nécessaires qu’ils passent au second plan, derrière des éléments d’interface d’une clarté absolue, les éléments textuels. Plus encore que les ombres et les couleurs, la typographie structure l’information d’applications enrichies par des contenus éditoriaux, dont les mises en page complexes rappellent celles des magazines.