métro[zen]dodo

Black Sabbath — 13

Cet article est issu de Kusikia, un exercice d’écriture de courtes critiques culturelles, publié entre mai 2012 et septembre 2013.

Je ne suis certes pas le plus grand fan de Black Sabbath, mais je ne pensais pas que j’aurais autant de mal à écouter 13. Tous les morceaux se confondent en un seul mur sonore sur lequel se fracassent la guitare de Tony Iommi, la basse de Geeze Butler, la batterie de Bard Wilk, la voix d’Ozzy Osbourne et, pour finir, nos oreilles. Dommage, d’autant que 13 n’a par ailleurs pas volé sa place au sommet des charts britanniques.