Affecter

Je m’interroge sur le recul du verbe « affecter » au profit du verbe « impacter ». La subtilité de la sensibilité laisse place à la violence du choc, l’empathie prévenante laisse place au fatras conséquent, la tête laisse place aux tripes. O tempora, o mores, je suppose.