Cette note provient de l’Atelier de métro[zen]dodo. En savoir plus →

Bienvenue dans mon Atelier

Bienvenue ! En suivant le fil RSS de métro[zen]dodo, vous avez trouvé la porte de mon Atelier. Dans l’Atelier, je travaille avec mes mains et des gouges, un fer à braser, du linoléum, des stylos, des équerres, du papier, une perceuse, du bois, de l’encre, des clés dynamométriques, une presse, et (surtout) de l’adhésif toilé. Mais pas avec un clavier.

Les notes de l’Atelier sont uniquement distribuées dans le flux RSS de métro[zen]dodo, une démarche inspirée du « RSS Club ». Dave Rupert fixe trois règles :

  • ne parlez pas du « RSS Club » ;
  • ne partagez pas les contenus du « RSS Club » sur les réseaux sociaux ;
  • apportez de la valeur.

Comme toujours, la deuxième règle ne fait que répéter la première, et invalide l’ensemble. Il ne s’agit pas de créer un blog privé : je crois dans le web ouvert, une toile tissée de liens que vous pouvez partager et de contenus que vous pouvez citer, je crois dans le dialogue fécond entre un auteur et ses lecteurs, j’écris en pensant (quand même un peu) à vous et vous pouvez écrire en réponse.

Il s’agit plutôt d’investir l’espace entre la déconnexion naïve et la mise en scène permanente. La désertion n’est pas une réponse tenable à l’amplification des paroles les plus mortifères par les algorithmes, la collaboration effrénée aux réseaux asociaux n’est pas une posture tenable pour la santé mentale de nos sociétés. La discrétion choisie, la médiatisation limitée, la relocalisation des usages numériques, restent désirables et praticables.

La τέχνη grecque mêlait l’art et la technique : en jouant avec un web artisanal, alors que je travaille dans l’industrie du web, je veux (re)définir mes pratiques artistiques, alors que je peine à trouver la moindre beauté dans ma production textuelle récente. Je veux retrouver une joie primale de l’écriture, motivée par l’acte créatif lui-même, et non les impératifs économiques et médiatiques de la publication.

Au lieu de règles, je me fixe deux principes :

  • la discrétion : les notes de l’Atelier n’apparaissent pas dans les archives de métro[zen]dodo et ne sont pas annoncées sur les réseaux sociaux, mais rien ne vous empêche de les partager ou d’y répondre ;
  • la liberté : la publication des notes de l’Atelier est intermittente et erratique, plusieurs sujets peuvent s’entremêler, une notule de trois lignes peut suivre un exposé de trente pages distribué sous la forme d’un livre électronique qui peut suivre un article sonore.

Pour suivre les travaux de l’Atelier, vous devez seulement vous abonner au fil RSS de métro[zen]dodo.

À bientôt,

— Anthony