De la nouvelle gestion des batteries des MacBook

Jason Snell, Six Colors :

The feature works by analyzing the temperature of the battery over time, as well as the charging pattern the laptop has experienced—in other words, does the laptop frequently get drained most of the way and then recharged fully, or is it mostly kept full and plugged in? In the latter case, Battery Health Management is more likely to stop a bit short of full capacity in order to extend the battery’s long-term lifespan. (All charging data is kept private on the MacBook unless the Mac has been opted in to share anonymous analytics data with Apple.)

Une excellente nouvelle — les batteries au lithium-ion sont de petites choses capricieuses, qui aiment un climat tempéré et une charge modérée, et sont maintenant la principale source d’obsolescence des appareils électroniques. Cette approche est probablement plus honnête que celle qui consiste à « réserver » une partie de la capacité pour éviter la décharge complète, et camoufler les fluctuations inhérentes aux systèmes de contrôle des batteries.1. L’utilisateur perd encore un peu plus le contrôle du matériel, mais la transaction est claire.

D’après mon expérience, le système de « recharge optimisée » de la batterie de l’iPhone fonctionne plutôt bien. Une à deux fois par semaine, la recharge nocturne plafonne à 80 %, car le système sait que je charge ponctuellement mon téléphone au bureau. Il pourrait même être un peu plus agressif, surtout après ces quelques semaines de confinement, mais il veut probablement éviter d’être surpris par un déplacement imprévu2.

Ces nouvelles mesures semblent définitivement consacrer cette conception qui lie intrinsèquement la durée de vie de la machine à celle de sa batterie inamovible — le Mac n’est qu’un iPad comme les autres. Alors que les ordinateurs portables sont surtout utilisés comme des ordinateurs de bureau transportables, et que les services de réparation sont engorgés, les batteries amovibles auraient pourtant d’énormes avantages.

Alors que les incendies se multiplient dans les centres de recyclage, elles ont aussi d’énormes inconvénients. Les batteries sont souvent jetées avec les déchets ménagers, et celles qui sont correctement acheminées vers les points de collecte sont rarement valorisées. Apple veut probablement garder la main sur la filière de recyclage, qu’elle contribue largement à structurer, même si les progrès restent désespérément lents.


  1. Une batterie n’est pas vraiment pleine à 100 %, parce qu’on ne remplit pas une batterie comme on remplit une bouteille d’eau, ni vraiment vide à 0 %, parce qu’une décharge profonde pourrait condamner le système de gestion. ↩︎

  2. Je me demande comment les données collectées avec le milliard et quelques d’iPhone en circulation permettent non seulement d’affiner les systèmes de contrôle des batteries, mais aussi de guider la conception des futures chimies des batteries des appareils électroniques, sujet passionnant s’il en est. ↩︎

Vous avez envie de discuter ? Envoyez-moi un courrier électronique.
Vous voulez poursuivre la lecture ? Commencez ici.
Vous vous sentez l’âme généreuse ? Offrez-moi un livre !
Vous préférez allez voir ailleurs ? Voici quelques recommandations.