De l’entêtement malsain d’Apple sur les achats intégrés

Matthew Panzarino, TechCrunch :

“You download the app and it doesn’t work, that’s not what we want on the store,” says Schiller. This, he says, is why Apple requires in-app purchases to offer the same purchasing functionality as they would have elsewhere. To be clear, this is against the App Store rules for most apps. The exceptions here are apps that are viewed as ‘readers’ that only display external content of certain types like music, books and movies — and apps that only offer bulk pricing options that are paid for by institutions or corporations rather than the end user.

Le problème n’est pas tant l’existence de cette règle que son application versatile.

Kara Swisher, The New York Times :

Yet Apple has also changed rules in ways that many developers find capricious and unfair and, more to the point, scary. While complaints have been raised for a long time about what Ben Thompson of Stratechery calls Apple’s “rent-seeking” practices, many developers do not want to speak out for fear of falling afoul of Apple and, worse, getting banned from its store.

Un jour, je raconterai cette conversation téléphonique ubuesque avec un responsable de l’App Store, qui menaçait de retirer notre application parce que nous avions l’outrecuidance de réserver les achats intégrés aux lecteurs dument connectés, et avait été bien en peine de m’expliquer pourquoi des milliers d’autres applications avaient le droit de le faire1. Apple considérait que nos lecteurs sont ses clients. Pendant des années, ses règles nous ont contraints à proposer une « expérience » dégradée, puisque certains abonnés nous étaient inconnus.

Matthew Panzarino encore :

As far as to why Apple would look at a situation like this and not see an obvious minefield, I believe that it internally thinks that it is doing the right and just thing. It built the platform, it deserves to profit from that platform which does contribute enormous economic impact to both digital and physical sectors. And there are indisputable security and privacy benefits to Apple controlling the payments platform.

Apple aurait pu s’éviter quelques controverses en autorisant la facturation directe avec Apple Pay. La règle serait peut-être plus claire : les services exclusifs à l’iPhone devraient être facturés par le biais de l’App Store, les services multiplateformes pourraient être facturés par le biais d’Apple Pay. « Connexion avec Apple » offre un modèle : Apple reconnait que ses clients, dont elle veut garantir la sécurité et la confidentialité, sont aussi les clients des développeurs, qui peuvent utiliser d’autres mécanismes d’authentification.

Sans faire écran aux développeurs, elle renforce sa position d’intermédiaire, puisqu’elle assure l’interopérabilité avec le web… ainsi qu’Android et Windows ! La facturation avec Apple Pay pourrait fonctionner de la même manière, et d’ailleurs favoriser l’adoption du service de paiement mobile. C’est probablement trop tard : la multiplication des controverses, et le coup d’éclat des dirigeants de Basecamp, ont braqué les régulateurs sur le monopsone de la distribution des applications pour iOS.


  1. Et le font toujours. ↩︎