De l’iPod et du futur de l’ordinateur personnel

Apple :

iPod redefined how music was discovered, listened to, and shared. iPod touch will be available while supplies last. […] “Music has always been part of our core at Apple, and bringing it to hundreds of millions of users in the way iPod did impacted more than just the music industry — it also redefined how music is discovered, listened to, and shared,” said Greg Joswiak, Apple’s senior vice president of Worldwide Marketing. “Today, the spirit of iPod lives on. We’ve integrated an incredible music experience across all of our products, from the iPhone to the Apple Watch to HomePod mini, and across Mac, iPad, and Apple TV. And Apple Music delivers industry-leading sound quality with support for spatial audio — there’s no better way to enjoy, discover, and experience music.”

Une réaction naïve consisterait à penser que cette annonce déclenche le compte à rebours pour l’iPhone, que la suite doit forcément arriver puisque le précurseur disparait pour de bon. Mais l’iPod est une intermission dans le mouvement de pécéisation du monde : ce n’était pas un ordinateur personnel doté d’aptitudes particulières pour la reproduction de la musique, mais un « simple » baladeur informatisé, au succès nécessairement transitoire. L’Apple Watch n’est rien d’autre qu’une montre informatisée, un appareil « personnel » et personnalisable qui refuse de devenir un ordinateur. Si la « suite » n’en finit plus d’arriver, c’est peut-être qu’il ne s’agit pas seulement de concevoir un énième gadget informatisé, mais bien d’inventer l’ordinateur personnel de la deuxième moitié du 21e siècle.