L’année 2020 en mots

Confiné au printemps, assommé par la canicule estivale, reconfiné à l’automne, je n’ai pas pu glaner de nouveaux mots au hasard de conversations impromptues. Mais j’ai beaucoup joué au Scrabble et lu quelques traductions précieuses, cela compense.

Venelle, provende, remugle, athanor, escarpolette, pâtis, guipure, vendeur d’orviétan, peccant, sinapisme. Au lieu de ruelle, provisions, odeur de renfermé, alambic, balançoire, pâturage, dentelle, charlatan, mauvaises humeurs, cataplasme de moutarde. J’ai passé le 9 janvier à lire Antidote plutôt que De l’amour et autres démons, on devrait interdire le dictionnaire des synonymes aux traducteurs.

Étamper. Je connaissais « estamper » et « estampiller », qui proviennent eux aussi du francique « stampôn ». Travailler le métal à l’étampe, le même mot que stamp en anglais. Le 15 janvier, en commandant un panneau… étampé.

Gonelle. Un Scrabble d’entrée de jeu, ce n’est pas tous les jours que cela arrive, mais c’est arrivé le 6 février. Ce n’est évidemment pas le féminin du « gone » lyonnais, mais un poisson marin tout en longueur, que l’on appelle aussi sigouine de roche. En souvenir de l’ancien français, ce mot a conservé son sens vestimentaire, notamment chez les moines bénédictins. « En gone de velours violet », dit Jean Moréas dans ses Cantilènes, à propos d’un justaucorps.

Uniment. D’une manière égale, uniformément. « Tout uniment » peut aussi signifier « sans détour » ou « franchement ». Le 18 février, dans l’introduction de L’enracinement de Simone Veil, qui restera ma lecture la plus marquante de l’année.

S’engouer de. Dix jours plus tard, dans le même livre, j’ai trouvé le joli verbe qui donne « engouement », il fallait y penser.

Athymie. Un état d’indifférence caractérisé par une absence d’extériorisation affective, « fréquent chez les schizophrènes » selon Antidote, mais aussi une bonne manière de compléter « thym » sur un plateau de Scrabble, comme je l’ai fait le 22 mars. (Oui, j’ai beaucoup joué au Scrabble cette année. On s’occupe comme on peut.)

Hydrocèle. Un épanchement de liquide entre les deux feuillets de la tunique vaginale qui enveloppe le testicule, l’image m’est restée, j’ai bien fait de relire Si c’est un homme au mois d’avril.

Défieur. Un québécisme, déniché le 10 juin au cours d’une discussion avec mon confrère Romain Heuillard, pour trouver une traduction de challenger qui aurait la nuance que « concurrent » ne possède pas.

Mogette. J’ai appris le 10 juillet, dans la merveilleuse newsletter « Tu mitonnes » de Libé, que je mangeais des mogettes (que j’ai toujours appelées « lingots ») sans le savoir. Quelques jours plus tard, un collègue de ma femme nous offrait une conserve de mogettes, dans une manifestation physique du phénomène de Baader-Meinhof.

Peson et scramasaxe. Un petit poids et un grand couteau, deux objets découverts dans le joli petit musée d’archéologie du Mans, le 18 juillet.

Réceptaire. Un recueil de recettes, cela fait sens, ai-je appris le 24 juillet.

Padel. Une sorte de tennis joué en double, très populaire en Espagne et en Argentine, dont je n’avais jamais entendu parler avant d’ouvrir Ordesa le 29 septembre. Il est possible que j’aie regardé quelques matchs depuis.

Dépense. Au sens de garde-manger, le 21 novembre chez Vilas, une acception que j’avais complètement oubliée

Équipoller à. En cherchant un synonyme à « équivaloir », qui sonne toujours faux à mes oreilles, le 14 décembre.

Amblyrhynque. Un iguane des iles Galapagos, parce que Mathieu Fouquet n’a pas pu s’empêcher de m’apprendre un mot au moment même où j’écrivais ce billet.