Récemment (15)

J’ai écrit un livre. J’ai abandonné le projet le plus populaire que j’ai jamais créé. J’ai besoin de vacances.

Regarder

Central Park (Loren Bouchard, Josh Gad, Nora Smith). Bob’s Burger dans un parc. Et c’est très bien comme ça.

Star Wars: The Rise of Skywalker (J. J. Abrams). Dire qu’une simple loi contre les DRM nous aurait épargné ces 142 minutes qui ont semblé cinq heures !

The Social Dilemma (Jeff Orlowski). Une nouvelle fois, l’irruption de la fiction dans le documentaire trouble la compréhension du propos, au point que le documentaire pourrait passer pour de la fiction ! (Et puis le scénario des interludes fictionnels est tellement ringard. Black Mirror aura contraint l’imaginaire d’une génération d’auteurs.) Pire, The Social Dilemma entretient une approche infantilisante du rapport aux outils, en perpétuant le mythe de la volonté propre des algorithmes.

The Truth About Fat (Sarah Holt). Parce que le gras, c’est la vie.

Sarah Cooper : Everything’s Fine (Natasha Lyonne). It’s… a mood?

Écouter

Jason Collier, Djesse Vol. 3. Je ne sais pas si Jason Collier est un génie ou un charlatan. Une chose est sure : Djesse Vol. 3 ne peut pas être écouté d’une oreille distraite.

Chick Corea, Plays. Les concerts, comme celui où j’ai acheté ce disque dédicacé plusieurs mois avant sa sortie sur les plateformes de streaming, me manquent terriblement. Surtout ceux de Chick Corea.

Michel Benita, Matthieu Michel, Jozef Dumoulin, Philippe Garcia, Looking at Sounds. Rarement un album aura été aussi bien nommé.

Uninvited Guests, Uninvited Guests. Les puristes criant à la trahison ne sont pas suffisamment puristes. Sinon, ils sauraient que Glenn Gould lui-même attendait avec impatience la venue de technologies permettant de « remixer » ses compositions, comme l’explique Kevin Bazzana dans Wondrous Strange: The Life and Art of Glenn Gould :

“I’m all for the kit concept,” he said in 1968. “I’d love to issue a series of variant performances and let the listener choose what they themselves most like. Let them assemble their own performance. Give them all the component parts, all the component splices, rendered at different tempi with different dynamic inflections, and let them put something together that they really enjoy — make them participant to that degree.”

Such ideas sounded crazy to much people in the sixties, though not those on the cutting edge in Gould’s field; the trail-blazing English record producer John Culshaw credited him with “the break-trough in this line of thought.” But even without the “kits” he envisioned, recording, Gould said, “compels the performer to relinquish some control in favor of the listener, a state of affairs, by the way, which I find to be both encouraging and charming, not to mention aesthetically appropriate and morally right.” It is a pity that Gould did not live to explore the digital technologies of the late twentieth and twenty-first centuries, technologies, like the Internet, that democratize and decentralize the institutions of culture to a degree he never imagined, creating precisely the sort of society that McLuham described as “all centre without margins.”

S’il faut critiquer Uninvited Guest, ce n’est pas parce qu’il ose s’« attaquer » aux compositions du maitre Gould, mais parce qu’il reste une expérience passive. J’espère que les prochains remixes seront accompagnés d’un site ou d’une application réalisant le rêve du compositeur canadien.

Melody Gardot, Sunset in The Blue et Gregory Porter, All Rise. Comme un bon pot-au-feu – rien de surprenant, mais exactement ce que cet automne de confinement demande.

Lire

En attendant les robots et Les bobos n’existent pas devraient être distribués dans les écoles de journalisme. Esther semble avoir été écrit par une intelligence artificielle dressée aux romans Harlequin-c’est-le-champion-de-l’amour. How to Do Nothing a écrit par une humaine, et c’est foutraquement bien. L’abyme abime The Memory Police, dont le livre dans le livre est plus intéressant que le livre lui-même. Par ailleurs, je retiens ces articles :