Brian Merchant — The One Device: The Secret History of the iPhone

Anthony Nelzin-Santos

« More on that later », écrit régulièrement Brian Merchant. « More on that later », et c’est déjà la dernière page.

The One Device souffre, comme de nombreux « livres sur Apple », d’un cruel manque de sources de première main. Merchant s’est bien entretenu avec quelques ingénieurs et designers, ceux-là mêmes qui ont fait la tournée des popotes ces dernières semaines, depuis longtemps délivrés de leurs accords de confidentialité. Mais une dizaine de témoignages ne font pas une « histoire secrète de l’iPhone », alors le journaliste doit tirer à la ligne.

D’abord en compilant des citations tirées ici d’un livre, là d’un magazine, ici d’un site web, là même des minutes du procès qui avait opposé Apple à Samsung. Vous avez lu ces chapitres et ces articles ? Certains passages auront un écho familier… sans être clairement entourés de guillemets. En confondant citation et paraphrase, Merchant laisse parfois planer le doute sur l’étendue de son travail, comme lorsque certaines tournures laissent sous-entendre qu’il s’est entretenu avec Scott Forstall1.

Surtout en multipliant les digressions, ici en déroulant le fil de l’histoire du téléphone, là en racontant son expédition (avortée) dans une mine de lithium, plus loin en décrivant les installations de Foxconn à Shenzhen. Ce n’est pas mal écrit — après tout, Merchant travaille pour Vice, qui a façonné un certain type de journalisme, disons… coloré. Mais ce n’est pas bien original, et cela manque terriblement de perspective.

Une petite phrase pour raccrocher vaguement les wagons, et Merchant passe déjà à autre chose. Entre deux chapitres, il ne manque jamais de glisser une petite pique pour souligner le manque d’innovation d’Apple, jusqu’à tordre la réalité2. Incapable de prendre le recul nécessaire pour interpréter les propos de Tony Fadell3 ou de Kyle Wiens4, il ne possède qu’une maîtrise très superficielle de son sujet, comme en témoignent les nombreuses erreurs techniques qui parsèment The One Device.

Sur 416 pages, seules 80 sont véritablement consacrées à l’iPhone, dont moins de la moitié relèvent du titre de l’ouvrage. Ou dit autrement, les bonnes feuilles publiées par The Verge sont… les seules bonnes feuilles (intéressantes et divertissantes, il est vrai, mais encore une fois : Merchant sait écrire). Bref, si vous venez chercher « l’histoire secrète de l’iPhone » dans ce bouquin, vous repartirez bredouille et déçu.


  1. Ce n’est pas le cas. Pour être tout à fait juste, Merchant détaille ses sources à la fin de l’ouvrage, et montre à quel point il est tributaire d’autres ouvrages.
  2. Lorsqu’il conclut un chapitre pénible en assurant qu’Apple s’est contentée d’acheter les technologies nécessaires à la réalisation de l’écran tactile multipoint de l’iPhone, propageant au passage le mythe du vol des travaux du Xerox Park. Ou lorsqu’il assure très sérieusement qu’Apple organise sciemment les ruptures de stock d’iPhone, et donc la perte de milliards de dollars de chiffre d’affaires, après avoir déclaré tout aussi sérieusement que l’iPhone était le « pinnacle product of all of capitalism to this point ». Ou lorsqu’il sous-entend que Tim Cook utilise un PC sous Windows. Ou…
  3. Qui n’a visiblement toujours pas digéré son éviction au profit de Scott Forstall.
  4. Qui a tout intérêt à critiquer la forte intégration des produits d’Apple, lui qui vend des outils et des pièces détachées… pour les produits d’Apple.