métro[zen]dodo

Du choix de Firefox

Alex Russell, ingénieur dans l’équipe Chrome Web Platform chez Google, sur Twitter (1, 2) :

iOS is worst-case-scenario for the web, full stop. It’s hard to overstate how insidious and widespread its impact has been.

All of this has been done to preserve the linkage between proprietary OS/APIs, an exclusive software ecosystem, and the hardware sales that software ecosystem supports. The easiest iOS device sale is the upgrader who is worried about losing their software if they switch horses.

Russ Bishop, ingénieur chez Apple, sur Twitter (1, 2) :

That’s rich, coming from the company that abused its #1 search position to drive adoption of Chrome, forked Blink from WebKit, and slams new APIs through without considering perf/privacy. “Open Web” from Google is code for “whatever Is best for Google and ad-tech this week”

You were the ones that decided to fork from WebKit, dividing what had been the largest community of devs working on web technologies. You did it because YOU want control of the web. As if best battery life and privacy is “under-investing”.

Google se moque du web ouvert — au point de supprimer les URL des résultats de recherche. Apple regarde le web avec un certain dédain — elle s’est construite, et prospère encore, sur les infrastructures du bon vieil internet. Un partout la balle au centre sur ce point, et uniquement sur ce point, je ne tomberai pas dans le piège de la fausse équivalence entre le spyware de Mountain View et le navigateur web de Cupertino. Voilà pourquoi je suis repassé à Firefox depuis quelques mois1. Le web mérite mieux que ces querelles de chiffonniers.


  1. Pour ses excellents outils de développement, aussi.

Vous avez envie de discuter ? Envoyez-moi un courrier électronique. Vous voulez poursuivre la lecture ? Commencez ici. Vous vous sentez l’âme généreuse ? Offrez-moi un livre !