Image d’illustration de l’article Le jour d’après (3)
Jony Ive montre l’iPhone XR à Tim Cook, qui semble le découvrir. Image Apple.

Le jour d’après (3)

Anthony Nelzin-Santos #Apple

Quelques remarques au sujet du special event du 12 septembre 2018 :

  • Le clip d’introduction est révélateur à plus d’un titre. D’abord parce qu’il met en scène l’Apple Park, véritable épicentre du soft power cupertinien, et Tim Cook lui-même, qui continue de façonner Apple à son image. Ensuite et surtout parce qu’il ne montre aucun iPhone. Le futur de l’informatique est déjà là, et ce futur est incarné par les AirPods mettant Siri dans l’oreille et l’Apple Watch mettant les applications au poignet. Ce n’est pas de l’exégèse à la petite semaine : tout au long de la présentation de l’Apple Watch Series 4, Jeff Williams a insisté sur les éléments lui permettant non seulement de remplacer l’iPhone (micro replacé et haut-parleur améliorés, dos en céramique radio-transparent), mais aussi de le dépasser (nouveau cardiofréquencemètre, électrocardiographe). Nous sommes au beau milieu de la « prochaine » révolution d’Apple.
  • Cette révolution ne prendra pas la forme d’un nouvel iPhone. Les démonstrations des capacités de la puce Apple A12 ne sont qu’un écran de fumée : le Neural Engine, Core ML et ARKit, ou encore le circuit graphique fait maison, ne sont pas vraiment destinés à l’iPhone. Le décor est planté, ceux qui n’arrivent pas à le distinguer auront bien besoin de lunettes.
  • L’iPhone ronronne, même si les évolutions sont appréciables, et loin d’être anodines. Le marché est mûr, les technologies sont mûres. Mais vous savez quoi ? Aucun autre produit frappé d’une pomme n’a connu onze années d’évolutions régulières, ni l’emblématique l’iPod (abandonné de facto depuis 2012) ni même le vénérable Apple II (l’Apple IIc+ a été présenté 11 ans après l’Apple II). CQFD, comme dirait l’autre.
  • Bon sang que l’iPhone XR corail est joli. Les housses gris lavande, aussi.