Le web mobile n’est pas fondamentalement mauvais

Anthony Nelzin-Santos

Nilay Patel :

But man, the web browsers on phones are terrible. They are an abomination of bad user experience, poor performance, and overall disdain for the open web that kicked off the modern tech revolution. Mobile Safari on my iPhone 6 Plus is a slow, buggy, crashy affair, starved for the phone’s paltry 1GB of memory and unable to rotate from portrait to landscape without suffering an emotional crisis. Chrome on my various Android devices feels entirely outclassed at times, a country mouse lost in the big city, waiting to be mugged by the first remnant ad with a redirect loop and something to prove.

Dit-il, dans un article pesant 3,1 Mo pour 318 requêtes et douze scripts de régies publicitaires et de réseaux « sociaux », ayant mis plus de 24 secondes à se charger sur la connexion 8 Mbit/s1 du village dans lequel je passe mes vacances. Le web mobile n’est pas fondamentalement mauvais ; ce qu’un groupe comme Vox Media en a fait est absolument détestable.


  1. En théorie. En pratique, Speedtest mesure 6,5 Mbit/s en débit descendant et seulement 0,14 Mbit/s en débit montant ; le débit descendant réel est plus proche de 256 kbit/s par machine.