Neil Young ouvre sa boutique PonoMusic

Anthony Nelzin-Santos

Cet article est issu de Cartel Mère, une étude de la manière dont l’art interroge la technologie et dont la technologie inspire l’art, publiée avec Cécile Jourdain entre juillet 2014 et avril 2015.

PonoMusic :

Finally, quality enters the listening space so that we can all hear and feel what the artists created, the way they heard and felt it. This is done when the artist makes the best available, wanting to share it with you. It happens when the artist lets you hear and feel more than what is on your CD or MP3 of any song. CDs and MP3s are derived from the original masters, and now, with the PonoPlayer, you can finally feel the master in all its glory, in its native resolution, CD quality or higher, the way the artist made it, exactly. That’s the beauty of Pono.

La boutique PonoMusic propose plus de deux millions de morceaux… dont moins de 3 % dans une qualité supérieure à celle du CD (44,1 kHz/16 bits). Lorsque les partenaires de Young se rendront compte que les fichiers 192 kHZ/24 bits n’apportent rien d’autre qu’un risque accru de surdité, peut-être s’attaqueront-ils au vrai problème de la qualité audio : la course du volume qui détruit la dynamique sonore à la source.