métro[zen]dodo

Du prix Nobel de chimie

Académie royale des sciences de Suède :

The Nobel Prize in Chemistry 2019 rewards the development of the lithium-ion battery. This lightweight, rechargeable and powerful battery is now used in everything from mobile phones to laptops and electric vehicles. It can also store significant amounts of energy from solar and wind power, making possible a fossil fuel-free society.

Stanley Whittingham a conçu les premières batteries au lithium avec une cathode au disulfure de titane. John Goodenough a doublé leur tension de fonctionnement en remplaçant le titane par le (fameux) cobalt. Akira Yoshino les a rendues sures en concevant une nouvelle anode au carbone. (Un quatrième larron aurait pu recevoir le Nobel, Rachid Yazami, le concepteur de l’anode au graphite, élément-clé dans la production en masse des batteries.)

À 97 ans, John Goodenough est le plus vieux lauréat d’un prix Nobel1. Dans une fascinante interview accordée à Chemical & Engineering News, le physicien américain expliquait qu’il n’était pourtant pas prêt de prendre sa retraite :

I don’t want to retire to wait to die. I would like to be engaged. I believe that what we’re working on is something which is very important.


  1. Cinq des dix plus vieux lauréats du prix Nobel sont des physiciens.

Vous avez envie de discuter ? Envoyez-moi un courrier électronique. Vous voulez poursuivre la lecture ? Commencez ici. Vous vous sentez l’âme généreuse ? Offrez-moi un livre !