Un site pour recenser les sculptures françaises aux États-Unis

Anthony Nelzin-Santos

Cet article est issu de Cartel Mère, une étude de la manière dont l’art interroge la technologie et dont la technologie inspire l’art, publiée avec Cécile Jourdain entre juillet 2014 et avril 2015.

Laure de Margerie :

L’une des richesses du Centre de documentation du musée d’Orsay à Paris, où j’ai travaillé pendant plus de trente ans, est son fichier topographique qui recense les sculptures françaises du XIXe siècle dans le monde entier. Mis en place par les conservateurs Anne Pingeot et Antoinette Le Normand-Romain et par moi-même, il compte env. 100 000 photographies.

C’est avec ce modèle en tête qu’en 2001, lors d’un séjour au Clark Art Institute à Williamstown, Massachussetts, j’ai profité de la remarquable bibliothèque d’art pour commencer à cataloguer de façon systématique les sculptures françaises du XIXe siècle dans les musées américains. Le Répertoire des sculptures françaises était né.

« Sculpture » est entendu au sens large (médailles, porcelaines de Sèvres et objets en céramique sont inclus), tout comme « français » (une œuvre d’un artiste ayant travaillé en France est comptée). Grâce à la participation du musée d’Orsay, de l’Institut national d’histoire de l’art, du Musée Rodin, de l’Université du Texas, du Nasher Sculpture center à Dallas, et de l’école du Louvre, le site compte déjà 7 000 sculptures. Plus de 15 000 sculptures françaises seraient conservées dans les collections américaines.