métro[zen]dodo

Du cas de conscience que l’Apple Watch pose aux amateurs de montres mécaniques

Stephen Pulvirent, Hodinkee :

I found myself largely having the same experience I have each September when a new Apple Watch comes out. I’m sucked right back into its world. Jack wrote a few weeks ago about how he’s made the Apple Watch a part of his daily life, and I’m awfully tempted to do the same. It’s very easy to get used to the instantaneous information pipeline, the easy-wearing nature of the Apple Watch, and all the ways it can bring genuine utility to daily tasks. I’m not sure for how much longer I’ll be wearing the Series 5 on a daily basis, but I find that each year it takes me a bit longer to start phasing my mechanical watches back into rotation.

Titre alternatif : « de la dure vie des journalistes spécialistes des montres, obligés de porter une Apple Watch quelques jours par an, alors qu’ils préfèreraient porter dix ans de SMIC au poignet ». Plus sérieusement, je me demande si l’écran « toujours allumé » ne va pas finir de me convaincre de porter une Apple Watch plus régulièrement, au point de remiser mes montres mécaniques. Jusqu’ici, je voyais l’intérêt de porter mes montres habituelles au poignet gauche, et un ordinateur biométrique au poignet droit1. Mais maintenant que cet ordinateur donne l’heure…


  1. Même si je ne le fais pas souvent, j’ai tout de même un vague sens des conventions sociales, et que je porte donc mon Apple Watch Series 0 de manière très sporadique, essentiellement quand je voyage et quand je fais du sport.

Vous avez envie de discuter ? Envoyez-moi un courrier électronique. Vous voulez poursuivre la lecture ? Commencez ici. Vous vous sentez l’âme généreuse ? Offrez-moi un livre !