métro[zen]dodo

De l’entreprise systém(at)ique de destruction du web ouvert de Google

Addy Osmani, Ben Greenstein, et Bryan McQuade, de l’« équipe Chrome »  :

Our plan to identify sites that are fast or slow will take place in gradual steps, based on increasingly stringent criteria. Our long-term goal is to define badging for high-quality experiences, which may include signals beyond just speed.

Comme je refuse d’adopter AMP et de participer à la création d’un web by Google, mon site est considéré comme nécessairement lent1. Google agit maintenant à visage découvert, et prétend pouvoir déterminer la « qualité » des sites web, « au-delà de leur vitesse ». Mais selon quels critères ?

Ceux qui disent que je ne devrais pas avoir accès au même web que les utilisateurs de Google Chrome ? Ceux qui disent que mon blog ne devrait pas être aussi bien référencé que celui des utilisateurs de la Google Search Console et de Google Analytics ? Ceux qui font disparaitre mes anciens billets de l’index de Google parce que je ne joue pas le jeu de la SEO ?

(Et après, on vient prétendre qu’Apple veut « tuer les technologies du web ». La lune, le doigt, et l’imbécile.)


  1. Ce qu’il n’est pas, de la même manière que les sites AMP ne sont pas nécessairement plus rapides.

Vous avez envie de discuter ? Envoyez-moi un courrier électronique. Vous voulez poursuivre la lecture ? Commencez ici. Vous vous sentez l’âme généreuse ? Offrez-moi un livre !