« We’ve always wanted our customers to be able to use their iPhones as long as possible »

Apple :

We’ve been hearing feedback from our customers about the way we handle performance for iPhones with older batteries and how we have communicated that process. We know that some of you feel Apple has let you down. We apologize. There’s been a lot of misunderstanding about this issue, so we would like to clarify and let you know about some changes we’re making.

Les explications d’Apple valident complètement mon analyse, mais son programme de remplacement n’est pas suffisant, d’autant qu’il ne s’applique qu’à l’iPhone1. Si elle considère la batterie comme un consommable, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années, alors l’utilisateur devrait toujours pouvoir la changer pour un prix raisonnable, sans qu’un employé mal luné ou mal formé ne puisse l’en empêcher2.

Cette « affaire » rappelle par ailleurs l’importance d’un journalisme spécialisé appliqué et minutieux, celui qui a retourné ce problème dans tous les sens et proposé des solutions, et montre la faillite morale d’un journalisme généraliste hautain et paresseux, celui qui a préféré donner une tribune aux partisans du mythe de l’obsolescence programmée plutôt que de lire ses confrères spécialisés. Elle montre aussi l’intérêt de Reddit, qui a soulevé la vase que les journalistes spécialisés ont fouillée, et prouve que les communautés en ligne peuvent encore avoir un effet positif.


  1. Les cycles de renouvellement de l’iPad sont encore plus longs que ceux de l’iPhone. L’iPad est donc affecté par le problème du vieillissement des batteries, et n’est pas immunisé contre les lenteurs introduites volontairement ou accidentellement avec iOS 11.
  2. La dégradation de l’image de la marque Apple passe aussi par une dégradation de la qualité de service dans ses boutiques, notamment depuis l’abandon du programme « Getting to Yes » et l’arrivée d’une nouvelle génération de vendeurs et de cadres issus de la grande distribution et de l’habillement.