métro[zen]dodo

Tommy Wirkola — Hansel & Gretel: Witch Hunters

Cet article est issu de Kusikia, un exercice d’écriture de courtes critiques culturelles, publié entre mai 2012 et septembre 2013.

Un film aux dialogues stupides, aux scènes d’action de série B, au scénario à peu près inexistant et aux anachronismes à ce point présents qu’ils en deviennent comique. Et Gemma Arterton. Tout ce qu’il faut pour finir tranquillement un samedi, en somme.

Vous avez envie de discuter ? Envoyez-moi un courrier électronique. Vous voulez poursuivre la lecture ? Commencez ici. Vous vous sentez l’âme généreuse ? Offrez-moi un livre !